Facteur d'amplification d'une Pentode

Bonjour, dans le tableau de caractéristique d’une penthode, on trouve indiqué
le « facteur d’amplification G1 G2 »
Et je ne sais pas à quoi il correspond.
J’ai cherché un peu et n’ai rien trouvé de clair.

Je prends un exemple concret, un tube que j’ai sous la main, la pentode E810F:
il est indiqué facteur d’amplification G1 G2 = 57
pente S = 50 mA/V
Résistance interne = 42 K

Si je calcule simplement (en ai-je le droit ?): Amplification maxi = Ri x S , je trouve 50 x 42 soit 2100 fois.
ce qui n’a aucun rapport avec ce G G2 de 57.

Je précise que pour le moment je n’utilise des tubes qu’en fréquences audio.

Bonsoir
Cela signifie simplement que le coefficient d’amplification de la grille 1 est 57 fois plus grand que celui de la grille 2
(Pour la classique ECL82 il est simplement de 10 )
Dans nos applications classiques , c’est rarement utilisé
Attention, dans votre calcul du gain , il faut aussi tenir compte de la résistance de charge de plaque qui se retrouve en parallèle avec la résistance interne

Bonjour,

Pour compléter la réponse de Georges, c’est le µg2g1 (ou le kg2g1 « chez nous ») donc le gain en tension de la pentode mais de la g2 par rapport à la g1 :
µg2g1 = (petite variation de tension sur g2) / (petite variation de tension sur g1),
le tout avec Ig2 et Va constants.

On définit aussi une transconductance (pente) gmg2g1 (ou Sg2g1) et une résistance interne Rig2g1 (ou ?g2g1).
µg2g1 = Rig2g1 x gmg2g1.

Avec une sortie sur l’anode, on devrait parler de µag1 (ou kag1), gmag1 (ou Sag1) et Riag1 (ou ?ag1).
On fait plus simple (!) : µ (ou k), gm (ou S) et Ri (ou ?).
µ = Ri x gm
k = ? x S.
On retrouve bien nos petits.
Ouf !

Par contre, je ne connais pas (encore) à quoi sert ce gain de la grille écran g2 par rapport à la grille de commande g1.
Georges : en connais-tu une application ?

Bonne fin d’année.

C’est bien utile lorsqu’on l’utilise en triode . .

Ah oui Yves, ça c’est pas con du tout !
Et effectivement, dans les spéc’s du tube, on retrouve bien µ = µg2g1 dans le montage en triode.

Par contre, dans un montage en pentode, à quoi peut servir le µg2g1 ? Un montage spécial ?

Bonjour les jeunes
Merci a Yves 07 ,moi non plus je n’avais aucune idée de l’utilité de ce paramètre que je n’avais vu que dans les livres sans trop pousser plus loin
73 et bonne année

Bonsoir

ça peut servir aussi à tracer des courbes approchées de Ip=f(Vp,Vg1) pour des valeurs de Vg2 différentes ( mais pas trop éloignées) de celles données dans les graphes.
Le problème est que ce facteur n’est pas donné systématiquement dans les datasheets.

Cdlt

r92

Voilà un montage particulièrement « torturé » (!) :
https://www.radiomuseum.org/forum/ck511x_reentrant_pentode_amplifier.html

http://www.tubecollectors.org/tubecoll.htm

Bonsoir et merci de vos réponses éclairées !

Pour F6CER : si la résistance de charge était infinie (genre générateur de courant)
ou simplement assez grande devant la r.i. du tube on pourrait donc approcher ce gain énorme !
Si j’ai bien suivi, avec une R. série avec l’anode de 220k, sans autre charge, le gain calculé serait correct
avec 50 x 42k//220k soit 50 x 35 = 1750 .
(En découplant g2 par un condensateur à la masse).

Il y a une ou deux semaines, j’avais testé un générateur de courant comme charge de pentode,
avant de renoncer pour cause d’instabilité de la tension d’anode.
Ces gains annoncés sont très grands et je n’en ai nul besoin en audio, mais pour comprendre
petit à petit, j’ai besoin de tester, et c’est l’hiver, j’ai du temps !

Pour Yves07: J’'ai en effet vu des schémas , avec précisément le genre de tubes que j’ai en (petit) stock,
ou ces pentodes sont utilisées en triode, g2 reliée directement à l’anode.
Est-ce que cela à vraiment un sens technique, ou fait partie de la soi-disant « audiophilie » ?
Je ne maîtrise pas assez pour en juger !
Parce qu’un « gain » G1/G2 de 57, c’est moins que les simples triodes ECC83 et à peine équivalent aux ECC81.
Qu’en dites vous ?

Une penthode étant elle même un générateur/source/régulateur de courant, tu ne peux pas en mettre deux en série.
Quel serait alors le courant ?

Le gain n’est qu’un des nombreux critères de choix . . .

Bonjour
Dans certains montages G2 n’est pas un simple écran , mais une électrode active , par exemple dans les bases de temps Miller , (Phantastron ) .
On voit aussi des pentodes dites à 2 grilles de commande , G1 et G3 , par exemple la 6AS7 .

Toutes les grilles d’un tube peuvent etre « actives » on peut très bien attaquer par la grille écran des penthodes de puissance de télévision , moduler un tube final d’émission par la grille 1 , la grille 2 ou la grille 3 , utiliser une grosse penthode ou tétrode avec toutes les grilles réunies en amplificateur d’émission , faire des mélangeurs en utilisant G1 et G3 , fabriquer différents types de triodes en reliant certaines électrodes , les cas les plus connus étant la 46 et la RL12P35 ,si on relie la grille écran a la grille de commande ou a la plaque on obtient deux sortes de triodes radicalement différentes etc etc.

On peut ajouter l’attaque par la plaque ……….
"Les emplois originaux des tubes "
« Toute la Radio » N° 173 page 43
Disponible dans les archives de TSF radio forum .

nan : 6As7 = 6080, double triode :wink:

Ce doit être la 6AS6 ou son équivalent subminiature la 5636

Bonsoir
Merci à F6CER, c’est bien la 6AS6 / 5725
westernelectric.com/static/ … s/6as6.pdf