Je viens de retro-forum. Comment me connecter ? | Nouveau forum : Mode d'emploi complet | SOS : assistance-migration@retrotechnique.org

tube Geiger-Müller ?

Bonsoir,

mon message n’est pas lié directement à la TSF mais je pense que

quelques personnes doivent connaître le phénomène.

Est-ce que certaines lampes « classiques » radio ou TV peuvent se comporter comme un tube Geiger-Müller détectant la radioactivité ?

Si oui, existe-t-il des schémas ayant fait leurs preuves pour réaliser

un compteur Geiger ?

Je me souviens avoir entendu - il ya longtemps de ça et j’étais tout marmot … - qu’un simple poste récepteur sous tension suffisait à détecter la radioactivité ambiante. J’avais du entendre ça suite à la catastrophe de Tchernobyl …

Est-ce que c’est une rumeur ?

Personnellement, je pense que cela doit fonctionner car les rayons alpha, beta ou gamme possédant un pouvoir de pénétration très important, doivent réussir à traverser toutes sortes de matières dont le verre de l’ampoule, les cathodes / anodes / filament en métal et par conséquent arracher des électrons libres d’où création de « courant parasite » proportionnel aux nombres d’impacts des rayons radioactifs.

Bonne méditation et A+.

J’aurais plutôt tendance à dire l’inverse parce que l’aviation russe avait conservé certains des équipements à tubes, justement parce qu’en cas d’explosion nucléaire les tubes étaient beaucoup beaucoup beaucoup moins sensibles que les semi-conducteurs qui sont de vraies passoires (à ce qu’il paraît car aucune expérience).

Jacques.

Bonjour,

Je me souviens avoir entendu - il ya longtemps de ça et j’étais tout marmot …

qu’un simple poste récepteur sous tension suffisait à détecter la

radioactivité ambiante. J’avais du entendre ça suite à la catastrophe de Tchernobyl …

Les tubes électroniques ordinaires sont très très peu sensibles à la radioactivité.

Pour détecter quelque chose il faut vraiment que la dose soit très très forte ! Les témoins survivants d’accidents nucléaires racontent aussi que le nez humain peut servir de détecteur de radioactivité, car lorsque le rayonnement est intense l’oxygène de l’air se transforme en ozone…

Personnellement, je pense que cela doit fonctionner car les rayons alpha,

beta ou gamme possédant un pouvoir de pénétration très important, doivent

réussir à traverser toutes sortes de matières dont le verre de l’ampoule,

les cathodes / anodes / filament en métal et par conséquent arracher

des électrons libres d’où création de « courant parasite » proportionnel

aux nombres d’impacts des rayons radioactifs.

A moins de leur donner une énergie importante, les particules alpha ou beta ne peuvent pas traverser l’ampoule de verre d’un tube électronique. Dans les tubes cathodiques, les électrons ne traversent pas l’écran en verre.

Les tubes Geiger-Müller sont surtout sensibles aux rayons gamma (électromagnétiques), très peu aux rayons alpha (noyaux d’hélium), et beta (électrons) et pas du tout aux rayons X (électromagnétiques). Les rayons X les traversent mais ils ne sont pas détectés. J’ai lu dans un magazine d’électronique très connu une affirmation absurde selon laquelle « les tubes cathodiques n’émettent pas de rayons X, la preuve : les compteur Geiger-Müller ne détectent absolument rien ! ». Il existe, chez Philips par exemple, des tubes spéciaux possédant une fenêtre en mica qui améliore la sensibilité aux rayons alpha (S’il y a des personnes intéressées je dois pouvoir retrouver de la doc). Les tubes Geiger-Müller ne sont pas « remplis » de vide comme les tubes électroniques mais d’un gaz. AMHA certains tubes diodes, le 1V2 par exemple, devraient être utilisables à condition de retirer l’enveloppe de verre. Leur géométrie est proche de celle d’un tube Geiger-Müller, il faudrait faire l’essai. Pour effectuer des tests il faut des sources radioactives et les plus facilement disponibles sont, bien sûr, les manchons pour lampes à gaz butane qui utilisent le thorium pour ses propriétés réfractaires et surtout les minerais d’uranium comme l’autunite que l’on trouve chez les marchands de minéraux.

J’aurais plutôt tendance à dire l’inverse parce que l’aviation russe avait conservé

certains des équipements à tubes, justement parce qu’en cas d’explosion

nucléaire les tubes étaient beaucoup beaucoup beaucoup moins sensibles

que les semi-conducteurs qui sont de vraies passoires.

Les américains ont réalisé des tests dans les années 50 consistant à faire exploser des bombes H à haute altitude, dans l’ionosphère. L’explosion crée une impulsion électromagnétique intense qui détruit la plupart des dispositifs utilisant des semi-conducteurs. Ces tests devaient servir à la fois à « améliorer » les bombes et à « durcir » les équipements militaires utilisant de l’électronique. Des études russes on montré qu’une seule bombe explosant à 150 km au dessus de la Mer du Nord détruirait la quasi totalité des équipements électroniques en Europe de l’Ouest.

Il existe aussi des détecteurs de radioactivité à semi-conducteurs.

Philippe

Bonjour à tous,

Les rayons Alpha, Béta et Gamma traverse bel et bien le verre, les tubes de détection GEIGER Philips ou RTC sont en verre.

Cordialement

François.

<www.promisbv.com/eo/nl_radiation-index.htm?nl_radiation-gmbuizen.htm~mainFrame>

Bonjour,

Les rayons Alpha, Béta et Gamma traverse bel et bien le verre,

Les rayons alpha et beta traversent le verre mais sur une très faible épaisseur seulement. Dans le cas des tubes électroniques l’absorption doit approcher les 100 %.

les tubes de détection GEIGER Philips ou RTC sont en verre.

Ça c’est de la désinformation. Si ces tubes étaient en verre, ils seraient isolants et ne fonctionneraient pas. Ces tubes sont constitués de deux électrodes, un tube en métal très fin et un fil métallique axial. Ce fil est maintenu par des traversées isolantes en verre fixées aux extrémités du tube.

Je ne veux pas encombrer le forum avec des scans inutiles mais si nécessaire je peux envoyer des scans du catalogue RTC « tubes électroniques et photo détecteurs » où il y a les caractéristiques et les courbes des tubes ZP 14XX, ZP 12XX et ZP 13XX. Le tube que j’ai utilisé dans l’article « Un détecteur de radioactivité » que j’ai écrit pour Radio-Plans et qui fut publié en février 1985. (Numéro 447 pages 35 à 43) est un RTC ZP 1320. Ces tubes sont de conception et de fabrication française par La Radiotechnique. La France est le leader mondial en matériel de détection de radioactivité.

Cordialement,

Philippe