Je viens de retro-forum. Comment me connecter ? | Nouveau forum : Mode d'emploi complet | SOS : assistance-migration@retrotechnique.org

Condensateurs à outrance .

Pour l’ouverture de ce fil je joint deux schémas d’amplifcateurs Dynaco qui ne sont là qu’à titre d’exemple j’aurai pu en mettre de nombreux autres ( Leak , Quad , Mac , etc …) mais celà suffira !!!

Celà concerne les valeurs très basse des condensateurs de filtrage sur tous ces amplificateurs !!!

Ces dit amplificateurs doivent quand même sortir des basses correct au vue des valeurs !!!

Ce qui me chiffonne c’est la débauche de capacités employées d’une part sur les amplis à lampes la revue LED et beaucoup d’autres montages actuels !!!

Est ce une mode que de mettre des grosses capacités car je pense qu’a partir d’un certain seuil ce n’est plus la peine d’en rajouter ( plus d’agissement sur le circuit ) ???

Les anciens amplis à tubes devaient certainement très bien fonctionner avec leurs petites capa de filtrage exemple sur les amplificateurs Leak = deux capa de 32µF + une self , ne me dites pas que cet ampli ne sort pas de basse !!! y a un truc ??non ces amplis fonctionnent très bien et y a des basses , donc je pense qu’il est inutile de se casser la tête à vouloir mettre des capa énormes et qui sont surtout hors de prix dans le commerce y a qu’à voir chez Radiospares le prix des chimiques haute tension !!!

Pour les débutant qui ne sont pas très fortunés sa serait bien d’indiquer comment définir exactement les valeur d’un filtre en PI que ce soit avec une self de filtrage ou avec une résistance , moi perso au niveau des alim je bosse au jugé( et avec l’expérience …) mais je met quand même de la capa surdimensionnée ce qui n’est peut ètre pas très économique quand même et prend beaucoup de place sur le chassis !!!

Le débat est lancé !!

cordialement

Pierre. :slight_smile: 8)

On retombe içi sur une problématique que j’avais signalée à l’occasion du fil sur la valeur du premier condensateur de filtrage par JC Jardine.

A l’époque,non seulement les microfarads à haute tension de service coutaient cher,mais comme on ne disposait pas encore des redresseurs silicium,on était limité par les capacités maximum de la valve,et par la nécessité de se maintenir dans un certain rapport I crête/I moyen pour assurer un bon rendement de redressement.

Outre celà,ces appareils américains avaient généralement des transfos d’alimentation généreusement dimensionnés ce qui fait que l’on était contraint par la nécessité de maintenir les capas de filtrage à des valeurs modestes pour épargner la valve car si, comme expliqué longuement dans le fil susmentionné,la limitation du courant de crête liée aux limites physiques du transfo permet de gonfler la capa sans danger pour la valve(se référer à l’interminable polémique suscitée par ce problème dans le fil précité),non seulement il n’en va pas de même içi mais en plus,on a affaire non pas à une charge constante(classe A) mais à des appareils fonctionnant en classe B sur une grande partie de leur domaine de travail…il s’en suit la nécessité de calculer au plus juste les constantes de temps des circuits d’alim. afin d’éviter que les temps de récupération ne deviennent trop long vis-à-vis des fréquences les plus basses à transmettre…c’est pour çelà que des Marantz 10B et consors ont de la pêche dans le grave avec une respiration remarquable et ce avec seulement 50 mfds au filtrage…

C’est aussi pour celà que le fait de gonfler les capas sur ces appareils conduit presque toujours à un résultat désastreux sur le plan auditif(effet de pompage)…

Comme on le vois,tout tourne autour des limites physiques de la valve employée,limites qui disparaissent avec les redresseurs silicium,car avouons-le,c’est quand même techniquement beaucoup plus simple de pouvoir gonfler froidement les capas que de devoir calculer au micropoil toutes les constantes de temps d’un circuit d’alim tout entier(et ce y compris toutes les cellules de découplage)…

Ne perdons cependant pas de vue que le problème des constantes de temps vu sous cet angle ne concerne pas les circuits classe A…

Cordialement,

André

Un détail qui a son importance:dans de tels circuits ou les valeurs de capa sont relativement faible eu égard aux performances,il est nécessaire de soigner particulièrement la conception des circuits de découplages d’alimentation pour éviter le risque de motor-boating à très basse fréquence(problème lié à la faible valeur de capa en sortie de filtre)…on vois qu’il y a pas mal de choses à apprendre des grandes conceptions des années’60,et que ces circuits témoignent d’une grande maitrise de leurs auteurs…

Bonsoir,

Une très forte valeur de la capacité des condensateurs de filtage HT peut se justifier:

L’ ondulation résiduelle sera particulièrement faible et le rendement de l’alimentation sera élevé.Si la conception et le câblage de l’ ampli sont soignés , le rapport signal/bruit ne s’en portera pas plus mal , surtout en l’ absence de contre-réaction générale ou de taux modéré de cette dernière.

Certaines configurations d’alim imposent ce choix si l’on veut un rendement correct:

Je n’ai pas hésité à utiliser un unique condensateur de 4700 microfarads /400v ,suivi par un régulateur linéaire (transistor BUX24 en ballast) pour l’alim (délivrant 310v/700mA) de l’ étage de sortie de mon ampli utilisant

deux EL519 en PP¨par canal. Ce montage donne toute satisfaction.

Bien sûr ,ce choix entraîne des contraintes: le coût, l’encombrement,la non-linéarité de la charge représentée par cette alimentation par rapport au réseau (plaçant cette alim à la limite des normes concernant les harmoniques réinjectés vers le secteur) et la nécessité absolue de temporiser la HT le temps de charger ce satané condo au travers d’un resistance de 2,7 Kohms/50W.

Mais quelle belle pièce ce condo et quel régal cet ampli!

Christophe RPH2221

Bonsoir,

Une très forte valeur de la capacité des condensateurs de filtage HT peut se justifier:

L’ ondulation résiduelle sera particulièrement faible et le rendement de l’alimentation sera élevé.Si la conception et le câblage de l’ ampli sont soignés , le rapport signal/bruit ne s’en portera pas plus mal , surtout en l’ absence de contre-réaction générale ou de taux modéré de cette dernière.

Certaines configurations d’alim imposent ce choix si l’on veut un rendement correct:

Je n’ai pas hésité à utiliser un unique condensateur de 4700 microfarads /400v ,suivi par un régulateur linéaire (transistor BUX24 en ballast) pour l’alim (délivrant 310v/700mA) de l’ étage de sortie de mon ampli utilisant

deux EL519 en PP¨par canal. Ce montage donne toute satisfaction.

Bien sûr ,ce choix entraîne des contraintes: le coût, l’encombrement,la non-linéarité de la charge représentée par cette alimentation par rapport au réseau (plaçant cette alim à la limite des normes concernant les harmoniques réinjectés vers le secteur) et la nécessité absolue de temporiser la HT le temps de charger ce satané condo au travers d’un resistance de 2,7 Kohms/50W.

Mais quelle belle pièce ce condo et quel régal cet ampli!

Christophe RPH2221

bonjours a vous tous

augmenter la valeur des capa dans une alimentation n’as jamais donner de sont desatreux c’est contraire au loi de physique dans ce cas me montrer les explications avec les lois qui vont avec

j’ai un dynaco ou j’ai mis en entrer de filtrage un 100mf a la place d’un 50

la deformation en haute puissance es moins grandes mais il y a rien de particulier ce qui detruit la valve c’est de remettre l’ampli en route alors qu’elle est encore chaude

dans se genre d’ampli c’est la self qui permet de faire un bonne constante de temps pour le filtrage

pour voir cela il y a un logitiel chez tdsl gratuit mais pas mal de paramettre a mettre