Informatique vintage

Bonjour,
J’ai commencé l’informatique sur un pc en 82 d’avant notre ère. Avant c’était de l’Hexa directement sur le MP. Ca tombait en panne tous les 8 enregistrements, DOS, disquette souples 64 K (les très grandes), basic prenant 32 k des 64 k de Ram. le tout dans une jolie caisse en tôle de 5, on ne parlait pas de portable à cette époque…
Son nom GOUPIL 2
:rofl:
Heureusement pour nous pauvres pêcheurs c’était avant l’ADSL et même avant les modem 32 ou 64K.
GOUPIL 2

1 « J'aime »

bjr,
là c’est carrément la prehistoire!
a la meme époque je venais de monter mon ZX81 acheté en kit et je tapais mes premiers programmes enregistrés ensuite sur K7…
quelques mois plus tard j’ajoutais une extension memoire de 32K et un clavier mécanique le tout monté dans un pupitre que j’ai toujours!

de la meme ere prehistorique il y avait
les Orics 1 et 2
image
le PET
image
les Tandy TRS
et dans l’industrie le HP9825 et le HP 85


Apres le ZX je suis passé à l’amstrad CPC6128 avec lecteur de disquettes:
un grand pas en avant!
390px-Amstrad_CPC_6128

Bonjour,
J’ai commencé avant la préhistoire avec le kit Motorola MK2 en 77, puis l’année suivante avec un compatible TRS80, le LNW80 qu"un collègue avait ramené des USA en KIT et que l’on a reproduit a une quarantaine d’exemplaires, circuits imprimés trous métallisés faits a l’usine, le collègue était responsable de l’atelier de fabrications des câblages imprimés!
Tout de suite après on a commencé les clones Apple.
En 82 je commençais a monter mon premier PC sur les CI de PENTASONIC

J’ai un HP85 et un 9825 fonctionnels
En 75 a l’école on avait déja des HP des 9810
Au boulot en 77 je travaillais sur un NOVA 1200 que j’ai récupéré, sans l’unité de disques ni le télétype de dialogue! Boot a charger aux clefs quand un orage plantait la mémoire a tores!

Bonjour

J’ai encore mon KIM1 (original pas clone) qui fonctionne encore avec toute la doc :carte avec 6502 1k de ram 2kROM.
J’avais regardé il y a un moment et ça semble se vendre cher.

Jean-Louis

J’en ai eu un.
J’ai encore le double lecteur de disquettes mais en 8"

Bonjour,
Le 1er calculateur sur lequel j’ai travaillé était un Wang programmable, avec nixies et mémoire à tores.
Probablement, un Wang 720C.

Bonjour,

perso, aussi commencé avec les PC en 82
avant, un compatible Apple 2 coréen, le seul qui a résisté aux avocats d’Apple !

Michel…

Bonjour,
La photo du goupil n’est pas de moi mais c’est vrai que j’ai commencé dessus. Par contre en 85 nous avons acheté notre premier portable pour plus de 100000 F. Un hp qu’on surnommait la machine à coudre. Ecran monochrome, extension Ram 2Mo, machine à écrire intégrée, lecteur de disquette plus moderne 700 Ko. Dessus on avais mis le basic Hp (une variante du pascal). Mais ce qui était sa particularité c’était que le système était sous UNIX (le poids des bouquins était trois fois celui de la bête), avec langage C intégré. Mais pour bosser on avait une extension lecteur de disquette + disque dur 15Mo. Tout en dessous une centrale de mesure permettant de brancher plusieurs IEEE ou extension. Pour mémoire les PC complets de l’époque chez HP valaient 230000F (je parle ici de ce qu’on appelait les nouveaux francs) rien n’était à la portée des bourses du public. Je l’ai acheté avant de partir du service pour 3000F, l’avantage étant de se former en C. Normalement celui-ci était fait pour le « multi-tâche temps réel » mais chasser les millisecondes était tout un art que les étudiant de nos jours ne connaissent pas.


On faisait nos programmes au labo dessus, puis on les mettait sur la machine à coudre.

Moi c’est l’Oric de mon frère qui m’a permis de découvrir ma vocation!

Re-bonjour,
J’oubliais un détail qu’aucun moins de 60 ans ne peut connaitre. Pour envoyer des données ou les recevoir on devait programmer au fur et à mesure les circuits intégrés périphériques avec un code en bits donnant le protocole, le contrôle d’erreur et si on était en écoute ou en émission. Tout ça n’existe plus dans la grande majorité des langages. Le niveau 7 ISO étant parfaitement inconnu de tous les informaticiens, ce que j’ai vérifié bien des fois en tant que transmetteur.

Bonjour,
personnellement j’ai acheté mon premier, un Z100 de Zénith Datas System avec deux processeurs, un 8088 et un 8086. Fonctionnait soit sous MS Dos soit sous CPM86 bien plus performant que MS. Pour moi c’était un usage pro, bilans énergétiques et accessoirement la facturation. RAM 128Ko et deux floppy

Bonjour,
Moi c’était l’Oric Atmos en 83 puis un « compatible pc » à 8000 F obtenu par un prêt étudiant et assemblé en 88 dans une boutique de la rue Mongallet : 8088, carte graphique Hercules/cga, moniteur monochrome, disque dur 20 Mo, lecteur 5"1/4. Ca m’avait bien aidé pour un projet étudiant « Code éléments finis en élasticité 2D » avec interface graphique codé en C avec le compilo Turbo C de Borland.

Me concernant, j’ai fait une page à ce sujet sur mon site https://www.pascalchour.fr/divers/informatique/informatique.html.

Je reproduis ci-dessous l’introduction de cette page.

"Cette page propose quelques documents sur l’informatique des années 1970-1980 dont j’ai conservé la trace. On y trouve des manuels de présentation et de programmation du Cray (EDF), des manuels concernant le Mitra 15, des articles sur les premiers microprocesseurs 16 bits, sur les Jumbo ordinateurs, etc.

Pour ma part, j’ai commencé sur Mitra 15 (et aussi, un peu de Mitra125 et de Solar16) dans les années 1970. En parallèle, j’ai un peu travaillé sur IBM370 et IBM3081 puis surtout, sur Mini6 (DPS6, Bull), DPS8 et d’autres machines improbables dont j’ai oublié le nom. Ah si, j’ai eu un Mini ordinateur Logabax LX3500 (je crois) chez moi au début des années 1980.

Je programmais essentiellement en assembleur (programmation systèmes et réseaux) sauf quelques programmes scientifiques en Fortran.

Dans ces années là, j’ai aussi croisé le premier Cray-One arrivé en France dont j’ai mis quelques documents produits par EDF-DER en téléchargement mais je ne l’ai jamais utilisé.

Évidemment, comme beaucoup de passionné de l’époque, je rêvais de pouvoir m’offrir un micro-ordinateur. Celui qui m’intéressait était à base de TMS9900 (un des premiers, si ce n’est le premier 16 bits) dans les années 1970. Mais c’était au delà de mes moyens et je me suis rabattu sur un TRS80 (Tandy RadioShack), acheté au Sicob en 1978.

Et puis ensuite, la saga des PC (dont mon premier, entièrement monté « à la main » en utilisant des circuits-imprimés vendus par un fournisseur belge. Ça fait beaucoup de soudures !).

J’ai utilisé et conçu pas mal de machines à base de Z80, pour moi, le meilleurs 8 bits à usage général de son époque. Je peux l’affirmer car j’ai aussi travaillé sur d’autres 8 bits dont les habituels 6800, 6502, 8080, etc.

J’ai eu moins de chance en concevant une machine à base de Z800 (y compris les circuits imprimés) mais qui n’a jamais vu le jour car le processeur a été abandonné en cours de route par Zilog. Vous trouverez un article sur cet étonnant processeur 8 bits dans cette page.

Depuis les années 2000, on peut acheter un microcontrôleur très performant pour quelques euros, tout en disposant d’environnements de développement incroyablement sophistiqués (incroyablement, pour ceux qui ont commencé leurs développements avec des rubans ou des cartes perforées).

Cette abondance n’a pour autant pas changé grand chose au temps qu’il faut pour appréhender ces systèmes et ces processeurs (les documentations font souvent plusieurs millier de pages). Et à voir les questions posées par certains sur les forums dans les années 2020, force est de constater que beaucoup de personnes ne font pas cet effort et ont une culture informatique extrêmement faible."

à l’université programation en Fortran, Pascal et assembleur,
A titre pro, j’ai commencé l’informatique avec un calculateur Wang avec des mémoires à tore, une sorte de grosse calculette pour faire du calcul scientifique, puis un Comodore64.

Fabriqué à la maison un clone du MEK6800D2
MEK6800D2 - Wikipedia
et quelques autre délires chronophages.

Après cela a été PC et MAC
Fait de la maintenance de périphériques sur gros systèmes IBM famille 3080 et 36,38, DEC,
VTAM, BSC, SNA, CICS, MVS,

Oui, cela demande un investissement en temps qui est considérable, et à part les geeks, les autres n’ont pas le temps et se contentent de survoler avec des connaissances trés approximatives.

J’ai utilisé le kit D2 au lycée, j’avais eu comme projet la réalisation d’une carte d’extension mémoire basée sur des 2114. J’ai encore un MEK6802D5 à la maison.
Et j’ai sorti de mon stock il y a quelques jours un Gescomp 722 fabriqué par GESPAC à base de 6809 sur un bus G64 (1983). Malheureusement le tube cathodique (12" mono) est cassé au niveau du culot.